CJUE, 26 mars 2015, aff. C-316/13

 

Une personne employée par un CAT est un travailleur au sens du droit de l’Union Européenne

Une personne handicapée qui est employée par un centre d’aide par le travail (CAT) n’est pas un salarié et n’a pas de contrat de travail. Pour autant, il perçoit une rémunération pour la prestation de travail qu’il fournit. L’affaire a opposé une personne qui réclamait une compensation financière pour les congés payés acquis avant son arrêt maladie qu’il n’avait pas pris avant son départ du CAT. La question posée à la CJUE était donc de savoir si un « usager » du CAT est un travailleur au sens de l’Union Européenne, et dans ce cas, de quelles dispositions pourrait-il se prévaloir dans son litige.

La CJUE a considéré qu’une personne handicapée employée par un CAT est bien un travailleur au sens du droit européen. Toutefois, la directive instaurant le droit au congé annuel et le traité de Lisbonne imposant la charte des droits fondamentaux ne sont entrés en vigueur que postérieurement aux faits de l’affaire. La personne ne pouvait donc se prévaloir de ces dispositions.

Imprimer

Catégories
Actualités
Etude de cas
Fiches pratiques
Veille